La chorégraphe

Efi Farmaki

Premières explorations artistiques
Je suis née et j’ai grandi à Athènes, où j’ai réalisé mes études initiales en théâtre, danse et chant, au Conservatoire d’arts dramatiques.
Depuis mon enfance j’ai fait de la danse classique et de la danse contemporaine, j’ai aussi étudié et pratiqué le théâtre antique grec, ainsi que les chants et les danses traditionnelles de Grèce. Mais, poussée par la curiosité, j’ai toujours essayé d’explorer des voies d’expression diverses, prenant des cours de tango argentin, de salsa, de capoeira, de danse orientale, de jazz et m’initiant aux arts du cirque ou encore à l’escrime de scène.
C’est à Athènes que j’ai eu également mes premières expériences sur scène en tant que danseuse et comédienne, surtout dans des projets de danse-theâtre.
En 2010 j’ai rejoint le groupe d’étude de tragédie antique du théâtre Dora Stratou qui m’a permis de véritablement plonger au cœur de cet élément central de notre culture. En participant en tant qu’interprète au projet ‘’Femme-Prometheus’’, qui a été présenté dans plusieurs site archéologiques en Grèce, j’ai développé ainsi très tôt un intérêt particulier pour les performances dans les lieux non dédié et les espaces publiques.


Paris, je t’aime
En 2013 je m’installe en France, pour suivre des études supérieures en Management culturel. Et je découvre la scène parisienne du spectacle vivant, qui me passionne. Je me lance alors, au sein notamment du CDC Atelier de Paris, du Centre national de la Danse, du centre culturel Tenri et du studio Micadanses, dans une série de formations de composition chorégraphique avec des chorégraphes de styles divers. J’y découvre ainsi des chorégraphes comme Ambra Senatore, David Zambrano, Deborah Hay, Vidya Subramanian, Kim Ri-Hae, Shelley Senter, Colin Dunne, Vincent Dupont, Rootless Roots, Kitt Johnson, Juju Alishina, Nanami Kohshou.
Cette même année à Paris, j’approfondis ma connaissance du tango argentin, me confrontant à cette danse en couple fondée sur la mystérieuse notion de la connexion.
Ces différentes approches m’ont permis de nourrir mon inspiration et mon interprétation par des méthodes de travail et des techniques spécifiques venues d’horizons artistiques et culturels riches et très divers.


Découverte de l’Asie
En 2010 je rencontre Katsura Kan, chorégraphe japonais maitre de butô, qui m’introduit aux arts performatifs du Japon et à l’univers esthétique de l’Asie. Je ressens tout de suite une attraction puissante pour cet univers et je décide de l’explorer plus en profondeur. Plusieurs stages avec différents professeurs de butô suivirent, ainsi qu’une collaboration sur le long terme avec Katsura Kan qui m’intégra dans sa compagnie.
En 2015 j’obtiens une bourse de l’Ambassade de l’Indonesie afin de passer quatre mois à Bali et étudier la danse et la musique balinaise, au sein d’un groupe d’artistes venus du monde entier.
C’est grâce à ce groupe que j’ai eu l’opportunité de découvrir des cultures et des danses de plusieurs pays d’Asie, Corée, Thaïlande, Indonésie, Cambodge, Fiji, qui se trouvent depuis au cœur de mes recherches.
Ce fut une expérience puissante, qui a transformé ma pensée sur la danse et ma danse elle-même.


À la recherche de l’identité artistique
À mon retour en France, je suis pleine de nouveaux désirs, de nouvelles images et sensations, brulant de les exprimer.
Je reprends mon travail au studio de danse, j’expérimente, j’écris et j’efface, je teste des idées, j’échange avec d’autres artistes… Essayant de plus en plus de comprendre et de tenir compte de ma singularité, je ressens le besoin de créer mes propres œuvres. Je crée ainsi mes premiers solos que je présente au sein de festivals en France et en Grèce, comme La nuit blanche, Butô dans mon jardin, festival Danse Box de Tenri, Blooming Island et d’autres.


EΦDC
Mon désir de créer une œuvre pour plusieurs interprètes guide ma décision de fonder une compagnie. Ma sélection par la Fabrique de la Danse, avec la proposition du projet Le Chœur, me permet de concrétiser mon désir en 2016, en m’offrant un accompagnement pour mener à terme mon projet. Et j’ai eu la chance de pouvoir réunir un groupe d’artistes talentueux qui partagent ma vision sur la création et qui m’accompagnent dans cette passionnante aventure commune.


Recherche actuelle
Ma recherche chorégraphique actuelle se base sur trois axes.
Recherche sur les danses traditionnelles et ethniques, en particulier celles de l’Asie, réintroduites dans un contexte contemporain.
Recherche sur le lien souffle-voix-mouvement, sur le corps qui produit du son et sa musicalité.
Recherche sur la notion du groupe, sur la connexion et la fusion.


Et l’aventure se poursuit…